Faire écrire les élèves grâce au concept du Wiki

jeudi 18 octobre 2012
par  Emilie Desfonds
popularité : 51%

Voici le compte-rendu d’une activité d’écriture à plusieurs mains donnant lieu à un « roman dont vous êtes le héros » et prenant la forme d’un Wiki.

Contexte :

Une grande partie de la classe de 4e concernée est en voyage pédagogique, seuls 9 élèves ne sont pas partis. Parmi eux se trouvent des élèves en difficulté lors des exercices d’écriture parce qu’ils ne parviennent pas à entrer dans un imaginaire narratif.
La méthode d’écriture par stimulation globale me semble appropriée à la situation (peu d’élèves, un temps restreint à quelques séances). Cette méthode consiste à plonger les élèves dans un huis clos imaginaire dont le professeur pose les bases et que les élèves s’approprient pour imaginer une histoire à plusieurs mains.
La question de la mise en forme de ce travail se pose immédiatement. Je pense alors au Wiki, bibliothèque dont le principe repose sur l’hypertextualité à l’infini, l’exemple le plus connu étant Wikipédia.
Cette activité est menée en co-intervention avec le professeur documentaliste, créateur de la racine du site Wiki contenant ce travail.

Classe, effectif :

4e, 9 élèves

But :

Stimuler l’imagination des élèves et les sensibiliser aux problèmes de cohérence d’un texte.

Mise en œuvre :

- Le projet annoncé aux élèves est celui d’un jeu de rôles dont on gardera une trace écrite sous la forme d’un « roman dont vous êtes le héros ».
- Le professeur doit dans un premier temps réfléchir au huis clos spatial et temporel dans lequel vont évoluer les élèves : quel lieu, quelle époque ? La nécessité du huis clos correspond à la salle de classe dans laquelle ils se trouvent et permet d’aider à la cohérence du récit. Ici, il a été dit aux élèves qu’ils avaient reçu une lettre mystérieuse les invitant à un château voisin dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence.

1/ L’écriture collective

- A partir de ce déclencheur, les élèves ont dans un premier temps dressé la carte d’identité de leur personnage et il leur a été demandé de réfléchir à la réaction de leur personnage à la lecture de la lettre. Ils ont ensuite échangé sur leur personnage et ont évoqué des idées pour le déroulement de l’histoire : quels personnages se connaissent ? quel personnage est suspect ?...
- Les élèves ont ensuite dû commencer à imaginer ce qui allait se passer. Chaque séance s’organise alors comme suit : rappel oral de la situation de chaque personnage, concertation des élèves au sujet de la suite de l’histoire, écriture individuelle du parcours de son personnage, lecture des textes de chacun. Le travail se faisant en salle multimédia, les textes écrits sont immédiatement consultables par les élèves et vidéoprojetés. Tout ce qui tient à l’incohérence d’un texte est alors pointé du doigt par les élèves qui abordent les thèmes des connecteurs temporels (demain/lendemain), de la reprise pronominale, de la longueur des phrases, de la répétition.

2/ La mise en forme

- Il revient au professeur de clore l’écriture en imposant lors de la dernière séance la contrainte que l’histoire se termine ce jour. Suite à cela, la mise en forme du mini-roman peut commencer. Les élèves rédigent un texte qui correspond à l’incipit du roman et qui doit contenir le prénom de chacun des personnages. Ce texte est mis à la racine du Wiki. Un compte d’accès est créé pour chaque élève. Il est expliqué aux élèves comment développer une page à partir du prénom de leur personnage, que ce soit dans l’incipit ou dans le texte des autres élèves. Le roman est terminé, le lecteur peut y évoluer librement, choisissant de suivre tel personnage ou de l’abandonner pour un autre au fur et à mesure de sa lecture. Le travail jugé comme abouti, le Wiki est figé et l’accès des élèves pour y faire des modifications n’est plus autorisé.

Bilan :
- Ce travail a permis de dédramatiser pour certains élèves l’aspect abstrait et parfois paralysant d’une histoire imaginaire à raconter : l’enjeu était collectif et non plus individuel comme le montrait la fabrication progressive du mini-roman en salle multimédia, de même que les processus d’invention possibles (« il faut un problème », « Quelle est la solution ? », « il faut une fin ») étaient verbalisés par certains élèves, donnant des pistes d’écriture à tous.
- Cela a également permis d’aborder le problème de la cohérence d’un texte non plus à l’échelle de celui de l’élève mais de tous les textes des élèves, dédramatisant là encore la difficulté. Le fait de pouvoir aller d’un texte à l’autre grâce au Wiki nécessitait en effet une grande cohérence entre les textes de chacun. Les notions inhérentes à la cohérence logique d’un texte : la reprise nominale, les connecteurs spatio-temporels, la nécessité de phrases courtes et de varier les dénominations sont abordées par les élèves eux-mêmes et mieux comprises.
- Enfin, comme toujours dans le cas d’une publication du travail réalisé, la perspective d’être lu, et lu d’une manière originale, par d’autres personnes que le professeur est un stimulant réel.

Réalisation des élèves :

http://wikischoelcher.free.fr/doku.php


Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 7 novembre 2014

Publication

102 Articles
Aucun album photo
5 Brèves
Aucun site
22 Auteurs

Visites

22 aujourd'hui
29 hier
188223 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés